Trop souvent la césarienne est “satanisée” face à un mouvement de retour vers la ré-appropriation du pouvoir des femmes à accoucher.

En fait c’est l’abus de l’utilisation de la césarienne qui est à dénoncer et non pas l’intervention elle-même

En cette période du solstice d’été et en ce jour de la St Jean ou le feu,de joie, les feux d’artifices sont utilisés pour célébrer, je suis inspirée d’utiliser cette lumière pour adoucir le coeur des femmes qui auront une césarienne planifiée pour raison médicale évidente. 

Les femmes qui doivent vivre la césarienne car elles n’ont pas le choix, le vivent très mal, sentent de la culpabilité car elles n’offrent pas un bon départ dans la vie à leur enfant qui sera marqué toute sa vie de cette naissance difficile

Ainsi, elles n’ont plus de joie de donner la vie, elles sont dans un état lourd pour donner la vie à leur enfant et elles oublient même qu’elles donnent la vie puisqu’elles ont une césarienne. C’est important d’accompagner les mamans à bien se préparer à la césarienne afin de la vivre et non de la subir.

Et bien vivre une césarienne c’est s’unir à ses facultés inaltérables de mettre au monde, de donner la vie, peut importe la forme de l’accouchement, la femme donne la vie, c’est elle qui le fait et qui accompagne, avec amour et présence, son enfant.

C’est important qu,elle se connecte à cette pulsion de vie, à cette force incroyable  de tout donner pour mettre au monde son enfant

Lorsque les mamans parlent entre elle de leur accouchement je suggère qu’elles n’en mettent pas trop sur la césarienne ou qu’elles apportent des nuances pour que les femmes qui sont obligées d’avoir une césarienne ne se sentent pas mal.

Car si une future mère se sent mal, son enfant se sent mal.

Ma proposition est de s’unir avant tout à l’amour de donner la vie, l’union à l’enfant, l’amour de la vie et du mouvement créateur dans lequel le couple s’est engagé.

Cet élan est plus fort que tout et il permet de mettre au monde un enfant qui va naître à ce monde. Il va offrir sa présence et toute sa richesse intérieure à l’humanité. 

Toutes les femmes doivent être préparées à plusieurs forment que pourra prendre l’accouchement afin d’éviter une dépression post-partum. Il est possible et il est souhaitable de vivre la césarienne au lieu de la subir.

J’ai grand plaisir à accompagner les femmes dans ce processus là afin d’harmoniser le vécu.

 La priorité dans tout accouchement est de créer un nid’Amour car cette énergie ne sera jamais altérée par aucune intervention et même favorisera le passage.

 

Justine