Une nouvelle maman que j’ai accompagnée à la naissance avec l’approche humaine de l’haptonomie me transmet son stress de partir en voyage en Europe avec son bébé de 3,5 mois.

L’avion, les changements de maison, dormir souvent dans des lieux différents, les rencontres avec beaucoup de personnes différentes,  les déplacements multiples….lui semblait gros et se demandait comment elle allait les gérer.Elle  me demandait si j’avais des conseils.

Ses perceptions :

Elle sent que la routine qu’elle a créé (elle y est parvenue avec un certain nombres d’efforts et une grande détermination) pour son bébé lui a apporté une sécurité intérieure harmonisant l’adaptation à sa nouvelle vie post-natal.

Ses craintes :

Est ce que les changement entrainés par ce voyage vont t’ils être bien vécus par son bébé ou va t’il se désorganiser et que le voyage va être un enfer !

Une des caractéristiques des bébés.

Cette maman a raison de se poser ces questions car un bébé est très sensible aux changements.

Son cerveau inachevé a besoin d’harmonie, de calme, d’un rythme régulier, d’un cadre clair afin qu’il sente les limites dans lesquelles il peut évoluer. Sans cadre il va perdre beaucoup d’énergie et vivre un stress énorme pour vivre dans son nouveau monde qui est mal définit.

Sur stimulé, perdu, sentant ses parents stressés et/ou  dans une moindre présence à lui, il va perdre ses repères et se désorganiser.

Son cerveau n’a pas la capacité de s’adapter à tant de changements. Même en restant à la maison s’il y a trop de visites, d’activités, de bruits… les bébés deviennent sur stimulés et la nuit va être agitée.

Les 5 ingrédients dont a besoin un bébé pour vivre et non subir son entrée dans son nouveau monde « extérieur » à l’utérus :

1-L’amour inconditionnel qui se traduit par une reconnaissance indéfectible de ses facultés humaines et de sa grandeur universelle. Reconnaissance de ses dons uniques. Cela va l’aider à développer son individualité propre. L’aimer même lorsqu’il pleur ou quand il est en colère.

– Un rythme de vie avec une routine

– Un cadre clair, harmonieux, doux et calme

– Être compris dans ses besoins et avoir une réponse rapide

– Se sentir accueillit dans ses libérations émotionnelles

Tous ces éléments SÉCURISENT le bébé et limitent les sources de stress. Ce stress qui est si néfaste au bon développement du cerveau de l’enfant et laisse des empreintes qui vont l’influencer toute sa vie.

Si vous voyagez avec un tout jeune bébé, mettez dans vos valises ces 5 éléments et tentez de les mettre en place.

LA QUESTION DU VOYAGE : FAUT IL LE FAIRE OU PAS ?

J’ai plusieurs couples qui m’ont témoigné comment leur voyage en Europe avait  été très difficile et épuisant, et le retour tout autant car cela a pris un certain temps avant de reprendre la routine.

Ils ont constaté que ce n’est pas l’idéal de voyager avec un tout jeune enfant.  Effectivement, les 9 premiers mois post natal sont là pour accompagner le bébé à s’adapter harmonieusement à son nouveau monde.

 C’est donc à vous de sentir si un voyage est approprié pour votre bébé. Il y a des bébés qui s’adaptent facilement et d’autres non. Vous allez  donc faire des choix en fonction de sa personnalité, de son tempérament.

Ainsi je suggère aux parents de ne pas acheter leurs billets d’avion avant l’accouchement car ils ne savent pas comment leur bébé va vivre sa nouvelle vie extra-utérine. Celle-ci est très dépendante du vécu lors de l’accouchement.

Un accouchement traumatique va entrainer un début de vie beaucoup plus compliqué et ce bébé aura encore plus besoin d’être cocooné et accompagné pour « guérir » sa détresse ( peau à peau en continu, massage, bain thalasso…)

NOS RÉPONSES SE TROUVENT DANS UNE SENSATION DE LÉGÈRETÉ DANS NOTRE CŒUR.

Si notre plexus est coincé et le stress actif, il y a forte chance que la situation en question n’est pas appropriée.

Mais nous vivons dans une société basée sur le rationnel, la performance, le résultat… et nous ne savons plus prendre le temps de se connecter à soi et être en contact avec nos sensations.

COMMENT VIVRE LE VOYAGE ?

– Ayez une seule intention : sentir ce qui est dans l’intérêt de l’enfant.

Ainsi vous allez décoder, sentir les situations, les comportements, les actions…qui seront source de stress pour votre enfant ou source d’harmonie.

Souvent les parents veulent faire plaisir aux autres, à leur proches et oublient le confort de bébé. Nous voulons tellement être aimé des autres, que l’on se sur adapte et que l’on demande au bébé de se sur adapter et il y a des effets néfastes.

Être à l’écoute et dans l’observation du bébé au lieu d’être dirigée par l’extérieur sera salvateur.

Il faut que cette intention soit claire entre les deux membres du couple  et qu’elle soit communiquée aux personnes que vous allez visiter afin que ces dernières ne soient pas déçues d’un rythme qui sera le vôtre et pas le leur.

Prévoyez une transition pour rétablir la routine avant de débuter vos déplacements à droite à gauche, vos rencontres avec beaucoup de personnes…Votre bébé pourra retrouver certains de ses repères et vivra plus harmonieusement les changements.

Je vous suggère de prévenir votre bébé lorsqu’une personne veut le prendre dans ses bras. Il est possible que votre bébé ne soit pas prêt à vivre cette expérience à ce moment-ci. Observer votre bébé et la personne doit se présenter à lui et sentir la réponse du bébé s’il donne des signes d’engagement ou de désengagement.

Si cela vous intéresse, c’est un aspect qui est abordé concrètement lors d’une séance d’haptonomie post-natal.

Je terminerais avec quelques phrases tirées du livre ” Pour une enfance heureuse” du Pédiatre Docteur C. Gueguen :

” L’ambiance dans laquelle vit l’enfant, la conduite, l’attitude de son entourage seront déterminantes pour sa vie future.Les premières années de sa vie, de la conception jusqu’à 6-7 ans, sont de véritables fondations sur lesquelles s’enracine toute existence humaine. Pendant cette période, le cerveau très immature, est en pleine formation. L’enfant petit est donc fragile, malléable et influençable. Son cerveau présente une étonnante plasticité lui permettant “d’enregistrer” dans de nouveaux circuits toutes les expériences, qu’elles soient positives ou négatives. Si les adultes, dès le plus jeune âge de l’enfant, comprennent ce qui l’aide à grandir harmonieusement, le “bon pli” sera pris. Ils sauront alors, même à l’adolescence, poursuivre ces relations satisfaisantes”

Des bonnes références de livres :

” La science au service des parents ” Margot Sunderland

– ” Éduquer ses enfants, s’éduquer soi-même”  Naomi Aldort

– “Pour une enfance heureuse ” Dct C.Gueguen

– “Pleurs et colères du bébé et de l’enfant ” Aletha Solter

Recevez tous mon soutien chers parents car vous avez le rôle le plus important et le plus exigeant au monde !

Je vous comprends et souhaite vous aider humblement !

 

Justine